Ragoût de cabri korma – Facile et feignant

Cette recette fait partie de la Trilogie du Chevreau, une aventure palpitante qui se déroule durant le confinement et implique un colis de viande improbable, un enfant à occuper et une passion pour les conserves. En résultent quatre bocaux et trois recettes de conserves ou non, dont une ne contient pas de chevreau du tout, qui l’eût cru ?

Une recette facile à mijoter qui ne va pas vous impressionner plus que ça puisque, honte à moi, je n’ai pas pilé mes épices korma à la main en écoutant la BO de Jodhaa Akbar, non, je suis une sale pécheresse et j’ai utilisé une pâte korma toute prête achetée chez Paris Store dont j’ai toujours un petit pot dans le placard pour les urgences.

Si vous écoutez la boîte c’est prêt en 10 minutes, ceci dit c’est encore meilleur mijoté et c’est donc ce que j’ai fait.

Ingrédients

  • Les morceaux indéterminés du cabri, genre un peu de viande sur un peu d’os, des bouts à ragoût
  • Un oignon rouge
  • Une boîte/brique de lait de coco, genre 400ml mais on n’est pas à une vache une chèvre près
  • Un mélange d’épices fait maison ou honteusement acheté tout prêt
  • Une demi tasse d’amandes en poudre

Ragoûtation exotique

Émincer l’oignon en faisant des morceaux de taille différente.
Au passage, j’ai toujours cru que c’était une tare de pas être foutue de découper mes légumes en petits carrés avec un gabarit mais en fait j’étais un génie dans l’âme sans le savoir. En effet grâce à Tommaso Melilli j’ai récemment appris que ça donne de la complexité à la sauce, de la longueur en bouche, bref c’est encore meilleur quand c’est un peu le bordel and I think this is beautiful.

Dans une chouette cocotte en fonte ou une casserole de confiance munie d’un couvercle, faire revenir la viande et les oignons dans un peu d’huile, à feu vif, jusqu’à ce que la couleur soit instagrammable et que ça sente bon.
Ajouter un fond de lait de coco. Ajouter le mélange d’épices korma et le délayer dans la sauce. En profiter pour détacher les sucs d’oignon et de viande du fond de la casserole. Verser le reste de lait de coco.
Baisser sur feu doux. Couvrir, mettre un minuteur sur 2h et partir vivre pleinement son confinement. On peut revenir touiller un peu à la cuiller en bois par acquis de conscience mais c’est pas obligé si on est effectivement sur feu doux.
Au bout du temps réglementaire, ajouter les amandes en poudre, laisser encore mijoter genre dix minutes et servir avec du riz.

Pour l’option conserve, verser dans un pot type Le Parfait préalablement lavé à l’eau savonneuse. Compter 2h de traitement thermique.

On peut facilement ajouter quelques patates douces pour en faire un plat complet. Dans ce cas on les intègre après avoir versé le lait de coco. On peut aussi en faire un plat strictement végétarien en remplaçant la viande par des légumes, mais c’est une autre histoire…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :