À propos de… ce blog

J’ai toujours considéré que l’observation et l’expérimentation étaient les deux meilleurs moyens d’apprendre. Aussi longtemps que je me souvienne, je retiens autant de mes expériences que de celles des autres, analysant les échecs et les réussites pour mieux préparer chacun de mes projets.
Par ailleurs, je trouve dans l’échange avec mon prochain à la fois un grand plaisir et beaucoup de réconfort. Il y a quelque chose d’infiniment satisfaisant, rassurant et cohésif dans le fait de découvrir qu’on se retrouve en son prochain, que ce que l’on éprouve est compris par un autre que soi. Ce peut être le plaisir de se trouver des centres d’intérêt communs, le réconfort de savoir que l’on n’est pas seul à faire face à une difficulté, la surprise de constater que quelqu’un, à côté, a fait le même chemin que soi et qu’il est possible de poursuivre la route ensemble.

L’image qui dit « Cheminons ensemble vers un avenir meilleur », comme dans une pub pour des placements retraite.

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous mes expériences, les réussites comme les gros ratés, ainsi que quelques découvertes et réflexions. Ce que j’aurais voulu savoir avant de m’y mettre. Ce dont je suis persuadée que, quelque part, quelqu’un d’autre est sûrement aussi en train de vivre en croyant être tout seul.

Quand, avec mon conjoint, nous avons décidé de devenir une famille, nous nous sommes très vite mis d’accord sur une ligne de conduite :
Nous ne ferions pas « exactement comme nos parents ». Ni comme les voisins, les potes ou les bouquins.
Nous ne ferions pas « exactement le contraire ».
Nous ferions ce qui nous semblerait le plus adapté à notre famille et à nos valeurs.

En remettant tout en question. Quitte à tout faire sauter et à nous bousculer un peu dans nos certitudes. Quitte à devoir tout réapprendre. Quitte à se rendre compte qu’en fait, comme-tout-le-monde c’est très bien aussi. Quitte à se planter et devoir revenir en arrière.
Depuis, nous cherchons cette espèce de « troisième voie » rien qu’à nous et ça nous fait énormément de bien.

Mais bon, si je vous raconte toute ma vie en long, en large et en travers, on ne va pas s’en sortir.
Alors on va se limiter un peu. On va commencer par ce que je vis en ce moment, parce qu’après tout c’est plus facile, ça m’arrange et puis j’en ai envie, ce qui est une bonne raison en soi.

  • Du coup il y aura des histoires de parents, de la fabrication du petit animal jusqu’à son évolution en grand animal, en passant par son entretien quotidien. De la multitude de choix que ça implique et de la pression qu’on se/nous met.
  • De notre vie de bobos « conscientisés » en quête d’un mode de vie plus simple, plus éco-responsable, surtout moins cher et moins compliqué/plus sympa à gérer.
  • De notre vie parfois atypique de « famille de militaire » avec les quelques aventures que cela implique. Quand l’occasion s’y prête et que le devoir de réserve n’y fait pas obstacle. Mais pas de l’armée ou de ce qu’elle fait, parce que vraiment c’est pas le sujet.
  • De ma découverte du féminisme, parce qu’il se trouve que j’ai eu la chance d’avoir des bases pas dégueu dans mon éducation, que j’ai un conjoint plutôt réceptif et que j’ai très envie d’en apprendre plus sur le sujet. Alors je vais aller me renseigner sur le peu de temps libre qu’il me reste et je vous raconterai.
  • De bouffe, parce que ça occupe une grande partie de ma vie – et de mon maillot de bain du coup – que j’ai très envie d’essayer la moitié des restos de la ville et qu’il me faut un prétexte valable pour ça.

Je sais pertinemment que je serai incapable de me retenir de vous parler de quelques sorties, du machin que je viens de coudre ou de ce qui m’a fait rire ce matin. Promis, j’essayerai autant que possible de glisser ça dans un post pour rester cohérente.
Ou au moins de le faire bien.