L’Ecole des Connasses

Je prends aujourd’hui un gros risque, au nom de la vérité.
En effet, je m’apprête à vous révéler dans ces lignes un des secrets les mieux gardés de l’humanité toute entière.

Photo de Tayeb MEZAHDIA sur Pexels.com

Aujourd’hui, je vais vous parler de l’Ecole des Connasses.

L’Ecole des Connasses n’est pas vraiment un lieu. C’est plutôt une institution, en un sens, protégé par une sorte de force mystérieuse. Un secret bien gardé par les femmes depuis la nuit des temps. Les hommes n’y voient que du feu, ils ne se doutent de rien et pourtant tout se joue ici même, sous leur nez.

L’Ecole des Connasses, c’est un peu le Poudlard des filles.

Cela commence dès le plus jeune âge.

Tout le monde sait bien que depuis l’enfance, les garçons aiment sortir jouer au ballon, faire du vélo et construire des cabanes avec leurs copains. Où sont les filles, pendant ce temps ? Probablement dans leur chambre en train de jouer à la poupée, n’est-ce pas ?

Pas du tout. Elles sont à l’Ecole des Connasses.

En grandissant, les gars font du judo, du foot, de la mobylette. Ils s’aèrent et font du sport. Les filles, c’est une évidence, font du dessin, du piano ou de la danse, on est d’accord ?

Faux. Elles sont à l’ Ecole des Connasses.

Lorsqu’un jeune homme a du temps libre, il va aller en ville avec ses copains ou s’enfermer dans sa chambre pour jouer à la console. Elles sont où les filles pendant ce temps ? Elles papotent avec leurs copines Elles apprennent à se maquiller ? Elles aussi jouent à la console ? Meuh non, c’est bien connu, les filles sont nulles à la console. C’est parce qu’elles n’ont pas le temps de s’entraîner. Le mercredi après l’école, le week end, durant les vacances, on ne leur laisse pas le temps de se vautrer devant la Nintendo.

On les envoie à l’Ecole des Connasses.

Des compétences mystérieuses

Vous ne vous êtes jamais demandé comment les femmes savaient faire autant de choses ? Je veux dire, quand même ! Elles connaissent le temps de cuisson des légumes, savent combien il faut en manger, savent s’occuper des enfants, passer l’aspirateur, ravoir une tache dont vous ne connaissez pas l’origine… Elles sont en mesure de réciter par cœur le carnet de santé, savent soigner tous les bobos, se rappellent à quel moment il faut faire vermifuger le chien, gèrent le budget courses… Elles savent quand ont lieu les réunions de parents, le ramassage des poubelles, quelles chaussures il faut pour l’aîné et à quel moment il faut réserver les vacances.

Ne me dites pas que vous croyez au mythe de l’instinct maternel ou à l’intuition féminine ? Une nana a pondu ça il y a des centaines d’années pour noyer le poisson, ils ont tout gobé et par miracle certains innocents y croient encore aujourd’hui. Mais c’est du flan, évidemment.
Alors comment font-elles, où ont-elles appris tout cela, accumulé ce savoir arcane ?

La réponse est simple. Pendant que vous les mecs batifoliez avec insouciance, nous sommes toutes allées à l’Ecole des Connasses.

On y a suivi des cours hyper pointus, réactualisés chaque année pour être à la pointe des nouveautés. Il y a des cours de maquillage, bien sûr, mais aussi d’économie domestique, de cuisine, de santé publique, de premiers secours humains et vétérinaires, de nutrition, un cours assez dense mais utile sur les institutions de la Ve république où on doit apprendre les horaires d’ouverture de toutes les administrations par département… Of course une grande partie est dédiée à la psychologie infantile, aux soins pédiatriques, à la pédagogie et aux apprentissages jusqu’au collège – le lycée c’est une option mais faut choisir entre ça et bricolage niveau trois. On peut aussi faire un peu de compta, de la gestion de patrimoine et de la couture mais c’est pareil, c’est des options et il faut faire des choix – ou prendre sur le temps de sommeil.
Enfin c’est très vaste, quoi.

Donc quand il faut renouveler la garde robe du Jaguarondi dans la taille suivante, il est parfaitement logique que ce soit moi qui me le tape et non M. Puma. En effet, si je lui demandais quoi acheter il me répondrait tout naturellement « Ben je sais pas, c’est toi qui sais ce genre de trucs ».

Evidemment, je sais ce genre de trucs. C’est mon rayon, mon expertise.
Vu que je suis allée à l’Ecole des Connasses.

Photo de malcolm garret sur Pexels.com

Bon, vous l’avez deviné tout ça c’est du flan, des conneries.
Il n’y a aucune Ecole des Connasses. Aucune. Ça n’existe tout bonnement pas.

Alors comment on sait tous ces trucs ?

Outre le fait qu’effectivement, depuis qu’on est petite on est vachement plus souvent que les gars invitée à venir faire la vaisselle à la fin des repas de famille, figurez-vous qu’on n’apprend pas tout à la maison.

On se forme toute notre vie. On va chercher l’information. On se renseigne, on apprend et on fait l’effort intellectuel de retenir ce qu’on nous dit parce que si on devait compter sur quelqu’un d’autre que nous l’information serait probablement perdue donc on n’a juste pas le choix.

Et ce n’est pas « notre truc ». Ce n’est pas un kiff, un plaisir, une passion que de maîtriser des compétences de femme au foyer des années soixante. Simplement il y existe dans un foyer des corvées et responsabilités dictées par les nécessités de la vie que les femmes prennent souvent à leur compte pour tout un tas de raisons compliquées, dont le fait qu’on nous a fait rentrer dans le crâne que c’était forcément pour notre pomme.
Sauf que c’est faux.

Les hommes pourraient totalement le faire. Il y a même un intérêt pour euxqui dépasserait le simple partage des tâches.
Non seulement vous montreriez que vous en êtes capables, nous seulement vous gagneriez en autonomie, ça vous valoriserait – être dépendant n’est pas très satisfaisant sur le plan moral. En plus de tout cela il se pourrait bien que vous fassiez certaines choses beaucoup mieux que nous.
Sans déconner.

Donc, quand vous vous retrouvez face à une situation domestique inédite, surtout ne paniquez pas.
Regardez bien autour de vous. Il y a peut-être une bibliothèque avec tout un tas de livres sur la cuisine, les enfants et que sais-je ? Mais si, l’étagère du haut, celle au-dessus des BD. Votre moitié vous avait demandé de les lire mais vous avez répondu « C’est pas trop mon truc ». Ha ha.
En l’absence de bibliothèque il y a certainement des amis à qui vous pourriez demander, non ? Un voisin à la rigueur ?
Bon, ouvrez le navigateur internet d’une femme. Dans l’historique et les favoris, il y a souvent une mine de ressources, des tas de blogs et de sites institutionnels… Vraiment pas ?
C’est pas grave, c’est pas grave, vous allez juste faire une recherche Google, vous allez voir c’est très facile. C’est comme faire des recherches sur un centre d’intérêt sauf que là ça vous intéresse pas, c’est tout. On le fait tout le temps c’est pas dangereux.
Une fois que vous aurez trouvé l’info dont vous aviez besoin, vous la retenez. Ça vous fera gagner du temps !
Ah, petit détail, vous allez probablement tomber sur plein de sources contradictoires et vous devrez faire des choix. C’est marrant, vous allez voir.

Ceci est une vaste mise en scène. En vrai j’ai deux étagères pleines de bouquins de cuisine.

Je charrie, hein. Evidemment j’exagère et les chose ne sont pas aussi caricaturales.
Pourtant le syndrome de l’Ecole des Connasses est un phénomène qu’on observe dans la plupart des couples hétéro encore aujourd’hui, dans des proportions certes variables mais le plus souvent avec un déséquilibre marqué au détriment des femmes – ceci dit ça se voit aussi chez des couples gays, faut pas croire.
Alors même qu’il n’y a aucune raison valable pour que nous portions la charge organisationnelle de nos foyers. Que nous n’avons aucune expertise qui vous soit accessible.
Rien de ce que nous savons en la matière ne relève du secret ou ne nécessite une accréditation, tout est à votre portée et les hommes sont aussi capables que nous de « faire ». Allez-y, ne craignez rien, vous avez le droit. Et pas de complexe, hein, c’est pas comme si on avait une longueur d’avance sur vous à la base.

Parce que punaise, les gars, on n’est pas allées à l’école des connasses.

Disclaimer : Aucun Puma n’a été blessé afin d’écrire cet article. J’ai bien tenté de lui lancer le Ginette Mathiot à la figure mais je vise mal.

2 commentaires sur “L’Ecole des Connasses

Ajouter un commentaire

  1. J’ai lu votre post avec beaucoup d’intérêt et je suis bien d’accord avec vous dans l’idée que rien de ce que nous portons comme responsabilité au sein de nos foyers n’est hors de portée d’un homme doté d’un peu d’intelligence et de bonne volonté. Et c’est vrai qu’il n’y a aucune raison que nous portions la charge mentale à nous seules. Mais, eh oui il y a un « mais  » vous êtes sans doute trop jeune pour le savoir mais de nombreuses femmes de ma génération ont fréquenté les écoles ménagères. Et elles y apprenaient la cuisine, les règles élémentaires d’hygiène et d’entretien d’une maison, du linge, les soins aux bébés et aux enfants, la couture, le b. A. Ba. de la tenue du budget etc… Ces femmes n’ont rien de « conasses ». Elles sont souvent admirables par leur maitrise de tout ce qui touche au foyer et celles que je connais sont loin d’être soumises à leur conjoint. Aujourd’hui, les jeunes femmes cultivées, diplômées et probablement professionellement épanouies dont j’imagine vous faites partie trouvent probablement cela dégradant et peut-être scandaleux. Bien sûr. Il faut savoir que de très nombreuses jeunes femmes vivent dans une grande précarité sociale et éducative en France aujourd’hui. Enfants leur éducation a été confiée à la télévision puisque leurs mères occupaient un emploi avec des horaires rigides et très lourds. Elles ont pris pour modèle les femmes des soaps américains. Pour fuir l’autorité parentale elles se sont installées avec un jeune du quartier, tout aussi pauvre intellectuellement et ont assuré leur position en mettant au monde 2 ou 3 enfants. (Vive les allocations familiales ). Elles ne savent pas cuisiner et nourrissent leurs enfants de plats préparés par Marie, Findus, captain igloo etc… Bien incapables de faire une simple pâte à crêpes. L’hygiène laisse souvent à désirer sur elles et dans leur logement. Elles parlent de cul devant leurs petits les traitent de noms d’oiseaux et rigolent quand ces derniers disent des grossièretés. Elles engueulent les profs qui se plaignent de leurs enfants et pensent que la société leur doit assistance. Dès qu’elles touchent un peu d’argent elles font les boutiques de fringues bon marché made in Asia et achètent des montagnes de vêtements de très mauvaise qualité pour déguiser leurs gamins en adultes sans tenir compte du froid ou de la chaleur. Et je pourrais continuer ainsi à énumérer leur triste comportement. Alors je me pose la question : finalement l’école ménagère de ma jeunesse ce n’est peut-être pas si stupide que ça pour celles qui n’ont pas la fibre étudiante ? Ça leur éviterait peut-être de se comporter en conasses ? Bien à vous. Odile -53 ans.

    J'aime

    1. Madame,
      Les écoles ménagères ne me sont pas inconnues, malgré mon jeune âge. Vous serez heureuse de savoir qu’elles connaissent aujourd’hui une forme de subsistance au travers des formations de service à la personne, qui ont de beaux jours devant elles.
      L’ironie du propos vous ayant semble-t-il échappé, je précise à toutes fins utiles que toutes les femmes sont des connasses aux yeux des machistes et non des miens. Leurs sont « naturellement » dévolues ce qu’ils considèrent comme de basses besognes, ce que je considère pour ma part comme la base du vivre ensemble.
      Pour ce qui est de votre sombre diatribe dégoulinante d’un profond mépris de classe, je vous la laisse, elle n’appartient qu’à vous et ne saurait trouver d’écho ici.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :