Allaitement, Grossesse, Parentalité

Allaitement – Mes sources et ressources

Avant d’avoir un Jaguarondi, mes contacts avec l’allaitement avaient été divers.

Ma mère ne m’a pas allaitée. Elle en a tellement bavé pour ma sœur aînée allergique au lait de vache en 81 – et RGO lié très probable – on ne va pas lui reprocher d’avoir attrapé un biberon pour sa seconde.
Toute jeune adulte, j’avais observé ma copine Steph qui allaitait et co-allaitait avec passion ses deux fils pendant des années – si ça vous choque aujourd’hui, imaginez il y a quinze ans, c’était une pionnière.
Un peu plus tard, j’avais passé une semaine compliquée chez ma sœur qui, épuisée et complètement livrée à elle-même sur le sujet, gérait comme elle pouvait sa culpabilité de ne pas kiffer l’allaitement – avec l’expérience je sais qu’elle avait eu un concentré de très mauvais conseils au départ.
Ma copine Isa a allaité ses filles le plus naturellement du monde, sans rencontrer la moindre difficulté comme si c’était inné. Anne-Cath aussi et très longtemps, mais en démarrant avec « des sombreros pour miches ». Sophie a eu une fissure du mamelon et a tiré son lait comme une warrior pendant un mois.

Petit recyclage de photo d’illustration…

Moi, j’en avais conclu que même si l’allaitement est un acte parfaitement naturel, il ne va pas de soi. Allaiter c’est quelque chose que l’on apprend – beaucoup – et que l’on invente – un peu.
J’ai retenu des mises en garde de Steph qu’on peut tomber sur de très mauvais conseils, de quoi tout fiche en l’air.
Et que l’une peut tomber sur un os alors que l’autre aura super du bol sur toute la ligne. Que deux allaitements ne se ressemblent pas toujours.
Qu’on n’a pas toutes le même rapport à notre corps et que ça change tout.
Qu’il est essentiel de tomber sur le bon interlocuteur quand on en a besoin.

Enceinte du Jaguarondi, j’ai donc décidé de bien me préparer pour ne pas être prise au dépourvu, éviter les plus gros écueils et avoir le bon réflexe en cas de pépin, savoir quand et à qui demander de l’aide. Bref, j’ai bossé mon sujet et je te conseille sérieusement d’en faire autant si tu as envie d’allaiter.

Tout simplement, ça permet de démarrer un allaitement sereinement en sachant à quoi s’attendre et en sachant qu’il y a toujours une solution. Parce qu’en termes d’allaitement il y a plein de problèmes possibles, oui. Mais il y a surtout autant et plus de solutions à ces problèmes. Et quand on a la solution directement à portée de main, neuf fois sur dix on n’a même pas besoin de s’arrêter pour constater qu’il y a un problème. Royal.

Sachant qu’un allaitement réussi, c’est un allaitement qui vous convient. Trois jours, trois mois, trois ans, tire-lait ou pas, biberon ou non, à chaque famille son allaitement. L’important c’est que toi et les tiens ayez toutes les cartes en mains pour construire celui que vous voulez, sans regrets.
Après un an d’allaitement réussi, de problèmes résolus et d’échanges avec d’autres mères qui allaitent ou ont allaité, je partage en exclu mes bonnes adresses, livres de chevet et autres ressources, pour bien démarrer ou trouver des solutions à un problème.

La Leche League

J’entends déjà les cris de certains « Ouais mais la Leche League c’est trop une secte, les meufs elles allaitent leurs gosses jusqu’à 15 ans et elles veulent que tu fasses pareil… ». Bon, déjà, non. J’ai rencontré ni plus ni moins de cons à LLL que chez les sage-femmes, les puer et les médecins. Mais on y reviendra une autre fois.
Toujours est-il que, quelque soient les convictions politico-éthiques et la façon de les exprimer, ce sont les seuls à disposer d’un tel niveau d’information fiable, complète et documentée. Dans un monde où l’allaitement ne rapporte pas un rond à l’industrie et où il est donc très difficile de financer une étude sur l’allaitement, ces lobbyistes du nichon ont la bonté de compiler et financer des études cliniques dans le monde entier et de les restituer au public. Ce qui est bien utile pour débunker toutes sortes de mythes débiles sur l’allaitement, permettre d’objectiver les résultats de pratiques traditionnelles locales – on a beaucoup à apprendre des pratiques d’allaitement dans le monde – et permettre aux parents de faire des choix basés sur la science et pas sur les conseils foireux de ta tante Anne-Sureau qui a allaité vingt minutes en 1983 mais qui SAIT que tu ne dois pas manger de foie de volaille les jours pairs si tu veux pas tourner ton lait.
Ces gens détiennent un précieux savoir et si tu veux t’en priver c’est ton droit, mais moi à trois heures du matin en pleine mastite avec bébé qui hurle je vendrais mon âme à Satan. Alors même si tu n’es pas fan… Ça vaut le coup d’y regarder à deux fois avant de dire non.

Le logo LLL – Je me suis vraiment creusée pour illustrer…

LLL fait plein de choses – plusieurs bouquins, un forum, on peut appeler directement une animatrice – l’appel n’est pas surtaxé, souvent c’est une dame à quelques kilomètres de chez soi – bref il y a plein de choses mais je ne parlerai ici que de ce que j’ai vraiment utilisé.

Le livre LLL – L’Art de l’Allaitement Maternel

Si tu ne dois acheter qu’un livre sur l’allaitement c’est celui-ci. C’est pas le plus sexy mais c’est le plus complet, l’information y est fiable, il résume un peu tout ce qu’il faut savoir à la base et ce qui peut t’arriver au cours de l’allaitement. Donc quelque soit la loose improbable qui te tombera dessus, si tu as lu le bouquin quelque chose fera « Ting » dans un coin de ta tête, tu te diras « Tiens ça me rappelle… » et tu auras l’heureux réflexe de rechercher plus d’infos sur le sujet au lieu de passer trois semaines à souffrir pour rien, cesser ton allaitement alors que tu ne le souhaitais pas, perdre confiance en toi etc…

Plus simplement il donne les bases, sert de référence flash quand tu as un doute, sert à te rassurer quand cette crétine d’Anne-Sureau t’a remis un coup de pression au déjeuner dominical – « Tu devrais pas manger salé après 13h ! Et il tète trop ! » – « Va sucer du curare, Anne-Sureau, j’ai mon bouquin LLL et je sais ce que je fais, je mange qu’est-ce que j’veux et il stimule ma lactation en vue d’une prise de poids, na ! »

Le site LLL – www.lllfrance.org

Ah, les joies d’internet !
Il est cool le site LLL. Il permet d’approfondir certains sujets mais remplace aussi avantageusement le bouquin quand tu te poses une question durant une tétée de nuit les premières semaines. Comme tu ne vas pas réveiller l’univers en allumant la lampe de chevet pour bouquiner, en général tu vas vite fait sur ton smartphone et tu fais une recherche sur le site.

Tu peux aussi poser n’importe quelle question à google en la précédent de LLL, ça marche très bien. Genre « LLL bébé tète tout le temps ». Un classique de 3h du mat la première semaine.

Je t’épargne même une recherche en te livrant l’article qui est selon moi le pluuuuuus utile du monde pour débuter l’allaitement, le retour à la maison, la vie avec bébé. Celui que tu relis 74 fois les trois premiers mois tellement ça te rassure et te permet de tenir.
Dans un dossier de l’allaitement très utile sur la fréquence des tétées qui parle aussi de REF, il y a mon chouchou à moi, le DA 80 sur la connaissance des rythmes de l’enfant. Mets-le de suite en favori.

Tu peux aussi noter celui-ci, qui est là parmi tant d’autres pour te rappeler que sauf exception rarissime de ouf, oui tu as assez de lait ou c’est transitoire et tu peux remonter facilement ta lactation. Toujours. Si. Je te dis que si. On parie ? Quand je rencontre une femme qui a arrêté d’allaiter avec regret c’est une fois sur deux parce que « d’un coup » elle n’avait plus assez de lait, mais en posant trois questions bien précises tu comprends que si et qu’on l’a mal conseillée. Punaise, c’est quand même dommage !

Les réunions LLL

Il faudra un jour que je fasse un article sur les réunions LLL. Je leur dois tellement à ces réunions de mamans – et de papas, même Monsieur Puma est venu une fois et il ne l’a pas regretté. C’est ouvert à tous, ça n’engage à rien et on y parle d’allaitement, mais pas que.

Sur l’annuaire du site LLL, tu trouveras la liste des réunions organisées par des animatrices de l’association. Elles ont ultra formées sur l’allaitement – ça représente d’ailleurs de leur part un très gros investissement personnel. Accessoirement, elles sont aussi formées à la communication bienveillante et au respect du choix de la mère – mais si tu as eu une mauvaise expérience sache que je conçois totalement qu’on puisse tomber sur une c*nne, c’est un des écueils inévitables quand on a affaire à des être humains, ceci dit ce ne sera pas forcément le cas avec une autre animatrice alors n’hésite pas à retenter ailleurs.

J’ai eu la chance pour ma part de pouvoir participer aux réunions de Florence en Alsace, que je remercie mille fois. J’y ai posé mes questions sur l’allaitement, ai obtenu des réponses et du soutien. J’ai aussi posé mes questions sur le reste, sur le maternage, mon expérience de mère pas forcément facile avec un bébé qui souffre de RGO, sur la DME, sur le portage, sur le couple et là aussi j’ai reçu des femmes présentes un soutien rare et qui m’a permis de tenir le coup et de croire en mes capacités.

Je me suis fait des amies, des copines, des connaissances et j’ai passé de beaux moments.
Alors que ce soit avant l’accouchement ou après, quand tu as un problème ou que tout va bien, juste pour pas rester seule chez toi et même si ça te demande une heure de route, si tu n’y vas qu’une fois ou tous les mois, je te conseille d’aller y faire un tour. Spoiler alert, tu vas peut-être croiser une maman qui allaite un bambin de six ans et tu feras des yeux ronds mais je te promets que c’est pas contagieux. Pas trop.

La page Facebook LLL

NOOOOOOOOOOOON !!!!!!!
Malheureuse, surtout pas !!!!!

Je plaisante mais à peine. Je ne recommande pas du tout la page Facebook de LLL. Je suis désolée pour eux, ça n’a rien de personnel mais je trouve que cette page souffre du même écueil que beaucoup d’autres, à savoir qu’elle est prise d’assaut par facilité – Facebook c’est ultra accessible – et que fatalement l’activité dépasse largement les capacités de modération de l’équipe.
En somme, chaque post est parasité par un nombre non négligeable de co**asses jugeantes qui auraient mieux fait de tourner sept fois leur pouce au-dessus du clavier avant de répondre quelque chose qui leur sert surtout à valoriser leur propre pratique ou asséner leurs convictions politiques mais pas du tout à partager une expérience.
D’abord c’est le meilleur moyen pour se faire une très mauvaise idée de l’association, vu que celles qui répondent comme ça sont des membres qui parlent en leur propre nom mais disent beaucoup de bêtises.
Ensuite quand tu poses une question c’est que ça ne va pas. Si ça ne va pas tu es probablement fragile et vulnérable, là tout de suite. Et j’estime que quand tu es dans cette situation tu as un droit encore plus essentiel à la bienveillance et au respect.

Donc vraiment, passe ton chemin. Le forum du site est déjà bien plus serein si tu veux échanger en direct.

Les consultants IBCLC

Ils n’ont en général pas spécialement de rapport avec La Leche League, qu’ils recommandent ou non selon leurs propres convictions.
Ce sont des professionnels de santé formés à l’accompagnement de l’allaitement maternel.
C’est un métier.

Là encore, quelle originalité

Ce n’est pas remboursé par la sécu mais c’est le même prix qu’un osthéopathe ou que ces trois tubes de crème cicatrisantes que tu risques fort d’acheter si tu ne le fais pas.

Les consultants sont à mon sens les seuls professionnels de santé qui sont capables de délivrer une information fiable, complète et actualisée dans le domaine de l’allaitement.
Parfois ils exercent deux métiers, sage-femme, médecin, infirmière… Mais ils se sont spécifiquement formés à celui de consultant et c’est ce qui compte ici.
Accessoirement ce sont presque les seuls avec les ORL – et même pas tous – à savoir encore faire un diagnostic fiable de frein de langue/lèvres – mais comme on s’y intéresse à nouveau, ça va revenir. Or le frein trop court c’est courant et si on ne le diagnostique pas, ça peut te fusiller l’allaitement de façon incompréhensible sans que tu puisses rien faire. Ce serait bien dommage.

Là je vous vois déjà venir « Ouais mais moi, ma sage-femme… ». Non. Je t’assure que non. « Ouais mais elle est spécialiste, elle a fait une formation… » Non. Toujours pas.
Je n’ai rien contre les sage-femmes, bien au contraire. Les sage-femmes qui m’ont accompagnée pour le Jaguarondi je les aimais d’amour, elles étaient super calées en allaitement et m’ont donné d’excellents conseils, probablement les meilleurs. Mais une consultante en lactation en sait encore trois fois plus. C’est VRAIMENT un métier.
Concrètement la formation à l’allaitement d’une sage-femme c’est un peu de cours en école et au mieux 30h de formation sur un week end – déjà si elle a fait ça elle est très motivée et c’est classe parce que ça lui a coûté un bras et beaucoup d’investissement personnel – puis un peu de pratique durant son travail.
Mais un consultant IBCLC doit justifier de 1000h de pratique spécifique sur les cinq dernières années et 90 à 150h au moins de cours. Bien le triple, a minima. C’est un métier, je te dis.

Ma sage-femme adorée m’avait dit « Une consultante, on va en général la voir quand il y a un problème avec l’allaitement et qu’on n’arrive pas à trouver de solution avec la sage-femme. »
Je lui avais répondu, « Ok, mais si on ne veux pas passer par l’étape où il y a un problème ? »
Donc je suis allée voir une consultante avant l’accouchement. Parce tu l’as bien compris : préparation, préparation, préparation. Et j’ai très bien fait.

En l’occurrence c’est Juanita qui s’est déplacée chez nous à Nîmes – oui, je donne assez d’infos pour que tu la retrouves, c’est un peu fait exprès – et qui nous a accordé un cours de plus de trois heures, personnalisé, à Monsieur Puma et moi. Elle nous a débunké toutes les bêtises de base qu’on entend partout, avec des arguments scientifiques. Elle nous a donné les informations essentielles dont nous avions besoin pour démarrer sereinement. Elle nous a laissé des ressources, des idées, des propositions, des certitudes, des convictions et tout cela nous a bien servi par la suite.
Quand je suis remontée en chambre après avoir accouché, je suis tombée sur la pire puéricultrice de l’hôpital pour l’allaitement – de l’aveu de ses collègues, je l’ai su par la suite. Au bout de trois minutes, elle m’a annoncé que je n’allaiterai jamais et m’a en gros interdit d’essayer.
Bon, ça fait plus de quatorze moins que le Jaguarondi tète joyeusement et je lui dis zut. Je me suis débrouillée toute seule pour faire la mise au sein – or c’est pas du tout instinctif, vraiment pas – je n’ai jamais eu de crevasse, je n’ai pas subi la montée de lait, ma fille a remonté sa courbe de poids le deuxième jour – c’est assez rare, on a été applaudis. Papa Puma faisait les mises au sein de nuit comme un pro quand j’étais trop fatiguée – ben oui, il a assisté au cours lui aussi – il était incollable sur l’allaitement et a envoyé baladé tout un tas d’Anne-Sureau grâce à son expertise sans que j’ai le temps de dire « Vas donc glaner des digitales, Anne-Sureau ».
Et tout cela on le doit à cette séance avec Juanita.

Donc, que tu sois une flippée de la crevasse qui veut préparer son allaitement comme moi ou que tu lises cet article en désespoir de trouver une solution à un problème qui existe déjà, que votre première expérience d’allaitement aie foiré et que tu veuilles vivre une meilleure expérience ou que tu aies l’impression de naviguer à vue avec ton môme au sein parce que tu tiens ton savoir actuelle de ta tante Marie-Truite, vas voir un.e consultant.e IBCLC.

Le co-parent

Puma-Jaguarondi

Comme dit plus haut, Papa Puma est un pro de l’allaitement et de ce qui va avec. Il sait même faire une mise au sein, ce que toi qui lis cet article tu ne sais probablement pas – encore – faire, toute porteuse de nichons que tu sois – à moins que tu sois un homme. Pourtant, au départ, Papa Puma voulait pouvoir donner des biberons pour être proche de son bébé.
Au final, il a découvert qu’il y avait mille autres choses chouettes à faire que de donner des biberons et ce dès la naissance.
Il n’a aucun regret et ne s’est pas senti exclu du fait de l’allaitement. Pour le prochain félin, on refera pareil et c’est une évidence.
Moi, je n’aurais pas tenu sans lui. Non seulement un conjoint qui ne vous soutient pas c’est très pénible, mais en plus il a un rôle à jouer dans la conduite même de l’allaitement. Concrètement, le premier mois, allaiter en son absence était plus compliqué. Je devais me débrouiller toute seule et son aide précieuse me manquait.

Le co-parent a donc un rôle essentiel à jouer en la matière et je crois qu’on l’oublie trop souvent, sans parler des Marie-Truite de tous bords qui vous racontent que « Gnia gnia gnia, l’allaitement ça laisse pas de place au papa ». Fermez vos ouïes, les Marie-Truite, une famille c’est une famille et l’allaitement la renforce.

Voilà, normalement à ce stade tu sais ce qu’il faut savoir pour aller chercher les infos dont tu as besoin. Au travail, maintenant.

2 réflexions au sujet de “Allaitement – Mes sources et ressources”

  1. C’est tellement bien ce que vous avez écrit !
    La LL est en effet une mine d’or, même si parfois on préfère ne pas suivre tout tout tout dans leurs conseils.
    Je n’ai rien connu d’autre dans les années 80, sauf une amie qui m’a sauvé la mise avec son d’expérience et sa sagesse. Elle m’a conseillé le tire-lait quand mes seins éclataient à J3, le Madécassol pour ma première crevasse, la Tourtel et le Galactogil.
    Trois allaitements différents pour trois bébés différents, et chaque fois un grand bonheur (malgré la fatigue, mais la fatigue s’oublie, et le bonheur reste !)

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.