Le Philibar – Pour déjeuner

 Le Philibar -  15 Rue du Marais-Vert à Strasbourg 
03 90 40 33 39 - philibar.net
De midi jusqu'à minuit en semaine, 01h00 les vendredi & samedi

Nota Bene :
Cet article concerne la partie brasserie du Philibar.
Pour en savoir plus sur le bar en lui-même, c’est par ici !

À la carte

Le Philibar a pris le doux parti de l’authenticité et de la simplicité. Sans s’enfermer dans des considérations idéologiques, la carte est conçue pour mettre en avant des produits locaux et de qualité à des prix raisonnables.
Si vous êtes rongé de l’intérieur par le capitalisme vous pourrez donc déguster un coca avec morgue, tandis que pour le même prix les convives autour de vous se délecteront de jus de fruits artisanaux de chez Sautter en vous jetant des regards culpabilisants.

L’objectif à moyen terme est de sourcer principalement en local en valorisant le travail des producteurs de la région comme l’Îlot de la Meinau ou la chèvrerie du Geisshof.

L’ensemble de la carte a été confié à Antoine, jeune chef qui a fait ses armes chez Diabolo-Poivre. Adepte du woofing et très attaché au produit, ce voyageur invétéré propose une pétillante cuisine entièrement faite maison au gré de son inspiration, avec des options végé et véganes autant que possible. Il a tout naturellement opté pour une carte simple – cinq plats le midi plus le plat du jour.
Tandis que la boulangerie a été confiée à Franck Maurer, les desserts sont faits sur place par Agathe, la pâtissière.

Cependant, le Philibar a gardé l’esprit de collectif et l’ambiance de travail que l’on connaît rue de la Grange. Toute l’équipe est invitée à faire des propositions, depuis les serveuses comme Justine qui s’est énormément impliquée dans l’ouverture aux commis comme Fahran, qui a pu mettre un moutabal syrien à l’ardoise.
Les boissons reflètent également les choix et les envies de l’équipe, qui saura vous présenter les chouchous du moment. La liste des bières change régulièrement tout comme la carte des vins et les coups de cœur y côtoient des classiques.

Je ne vous parlerai pas du brunch, pour une simple et bonne raison : je meurs d’envie de le tester ! J’y emmènerai Monsieur Puma qui veut absolument venir jouer et je vous raconterai ça dans un article plein de belles photos.

Dans mon assiette

Bon. Je rappelle qu’on est dans un bar à jeux.
Honnêtement je m’attendais donc avant de venir à une toastinette sur du pain burger surgelé garni d’un steak bouilli moitié tendons-moitié soja, suivi d’un moelleux au chocolat qui arrive au son du micro-ondes – Ting!

Eh bien pas du tout. Attendez-vous à en prendre plein les yeux.

Nous démarrons avec une salade de cocos plats au chorizo, bienvenue par cette chaleur. Les légumes sont frais et croquants, l’assaisonnement vient tempérer la puissance du chorizo juste ce qu’il faut, c’est un régal. Le dressage est sympa, c’est rare d’avoir de si jolies assiettes dans ce type d’établissement.

On enchaîne avec un chicken burger. Les frites maisons sont grasses juste ce qu’il faut pour un peu de décadence. On s’attend à une sauce lourde mais surprise, elle est montée juste comme il faut et bien parfumée. Le poulet pané maison est tendre et moelleux.
Le burger est généreux – mon coéquipier a déjeuné tard, il n’en viendra pas à bout, le faible – mais plutôt léger là aussi. La roquette n’est pas là pour faire de la figuration, on évite la surenchère, c’est impeccable. La salade est également bien présente en accompagnement et apporte de la fraîcheur à l’ensemble. C’est un sans faute.

À l’arrivée du dessert, je suis bluffée par le dressage plein de peps. Une délicieuse boule de glace au yahourt – oui, j’écris yahourt et je le revendique – sur un lit de meringue sucrée juste comme j’aime, agrémentée d’un jus d’agrumes et rehaussée d’un jeu de textures sur les fruits.

Et bien je suis impressionnée, conquise et enthousiaste.
Quoi, trop enthousiaste ? Complaisante, moi ?
Pas du tout, la preuve je vais faire une critique : sur le dessert je n’ai pas été convaincue par les figues – il est encore un peu tôt – alors que je n’aurais pas dit non à des cerises.
Ah, tu vois, moi aussi je peux pinailler.

Ceci dit ça reste quand même proche du sans faute et c’est bluffant, sachant en outre qu’on a été servis très vite, que ça démarre tout juste, qu’absolument tout est fait maison, qualitatif et que la formule entrée-plat-dessert est à 18€. Je super-valide.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :