La potion magique anti-RGO du bébé allaité

Suite à moultes discussions, demandes de précisions et de partages, voici un article – potentiellement évolutif – sur notre expérience de l’utilisation du Gumilk en traitement du RGO du nourrissons allaité. Enjoy.
Un article 100% #NPMM.

31/03/21 : je confirme, c’est évolutif. Quelques modifications pour clarifier et une mise à jour du dosage car nous avons enfin la formule qui nous convient.

Cet article s’adresse aux parents de nourrissons atteints de RGO pathologique ainsi qu’aux soignants et autres professionnels qui les accompagnent.
L’épaississement est un outil parmi d’autres à adapter selon les besoins et spécificités de chaque enfant, de chaque famille.
Il va de soi qu’il ne dispense pas d’un suivi adapté, d’une réévaluation régulière, d’écoute et surtout d’une grande souplesse dans le traitement de cette pathologie aux causes multiples.
Il n’existe pas de solution magique et universelle au RGO.
Ce serait manquer tant d’humilité que de réalisme que de l’affirmer.

On part d’un besoin : épaissir le bol alimentaire du nourrisson allaité exclusivement. Sans tire-allaitement, sans diversification précoce – coucou ceux qui veulent attendre six mois pour la DME.

Nous utilisons le Gumilk, qui est bien toléré chez nous. Mais il existe d’autres épaississants qui peuvent convenir plus ou moins bien à chaque enfant. On citera Magic Mix, Gélopectose et pourquoi pas des épaississants alimentaires type arrow-root…

Le concept

L’idée est d’épaissir le contenu de l’estomac afin d’éviter les remontées. Moins de remontées, moins d’irritations douloureuses, moins besoin de médicaments – ici on a divisé les doses de Gaviscon par cinq et même on peut s’en passer pendant de longues périodes. Là où le Gaviscon forme simplement une pellicule en surface du contenu de l’estomac, le Gumilk va l’épaissir et freiner considérablement les remontées.
Cela permet de traiter le problème, non pas à la racine parce que la cause du reflux persiste mais au moins à mi-chemin car l’épaississement permet de prévenir l’irritation de l’œsophage et le rejet de trop grandes quantités de lait.
Accessoirement, j’ai l’impression que ça permet aussi d’éviter un trop grand fractionnement des repas, aka « bébé tète tout le temps » qui peut mener à un cercle vicieux – merci @princessetortue pour l’avertissement salutaire – et qui est accessoirement éprouvant pour la mère, en particulier la nuit. Surtout, l’épaississement a tendance à diminuer les réveils nocturnes et tout le monde peut se reposer. Allongé – dédicace à celles qui dorment assises pendant des mois.

Le principe de fonctionnement

On conseille souvent aux mères de tire-allaiter et d’épaissir leur lait pour le donner au biberon. Sauf que le tire-allaitement, s’il peut convenir à certaines, représente une contrainte majeure pour d’autres.
En d’autres termes, pour bien des femmes c’est tellement chiant de tirer que ça vaut plus franchement le coup d’allaiter. Et clairement je considère que les parents qui accompagnent un bébé souffrant de RGO ont besoin de solutions, pas de contraintes supplémentaires.
Avec cette solution, on conserve un allaitement autonome et tout-terrain car bébé prend le sein directement. C’est accessoirement valorisant pour les mères puisqu’on retrouve « un allaitement qui marche ».

Le Gumilk étant une poudre à reconstituer, on peut moduler la viscosité – le rendre plus ou moins épais selon les besoins. Le principe repose en outre sur deux dilutions successives : on dilue d’abord une mesure de poudre dans un liquide pour obtenir une solution très concentrée qu’on administre au bébé. Une fois dans l’estomac, avec le lait de la tétée, floc-floc ça se mélange une deuxième fois pour le plus grand bonheur de tous.

Le coût

Une boîte de Gumilk coûte entre 15€ et 20€ les 400g. Il est écrit de la garder un mois maximum mais personne ira vérifier dans votre poubelle. C’est un produit très stable, si on se sert proprement, bon… Chez nous ça tient 3 mois.
Le Magic Mix vaut une dizaine d’euros pour 300g, Gelopectose environ 7€ les 120g.
On trouve les deux premiers facilement en pharmacie, le troisième il faut souvent le commander et rassurer le pharmacien qui se demande si ça existe encore.

Les effets secondaires

Le Gumilk ne constipe pas, au contraire il accélère le transit. C’est pourquoi certains enfants ne le supporteront pas et on préférera utiliser un autre produit. Sachant que Gelopectose constipe, lui. Amusez-vous bien.
Ici petites coliques pendant quelques jours et ça s’est stabilisé en une semaine.

Autrement RAS sur le site du fabricant et la boîte, ce n’est pas un médicament mais une denrée alimentaire destinée à des fins médicales spéciales (DADFMS). Un argument important pour les parents adeptes du « naturel ».

En pratique

On dilue une dose de Gumilk dans une quantité de liquide adaptée à la fois à l’âge du bébé et à l’intensité du reflux, qu’on administre au bébé avant la tétée.
Ça vous aide pas beaucoup, hein ?
On va donc détailler.

Le liquide

On peut utiliser de l’eau ou du lait maternel.
Pour l’eau, soit une eau en bouteille adaptée au nourrisson, soit l’eau du robinet si elle est propre à la consommation par le nourrisson – info à rechercher sur le site internet de la commune ou du fournisseur d’eau.
Il n’est pas nécessaire de la faire bouillir à moins que ce soit préconisé par le fournisseur, c’est écologique et économe en charge de travail pour les parents.

Le contenant

On utilise un contenant étanche et propre. Ici on prend des petites bouteilles Sterifeed qui sont graduées et donc bien pratiques pour mesurer la quantité d’eau. En cas de sortie, on va se balader avec le contenant dans le sac à langer.

Pour le donner à bébé, on utilise une pipette graduée de Gaviscon. On prélève la quantité voulue dans le flacon et on le fait doucement couler dans la joue de bébé – jamais directement dans la gorge, ce serait à la fois désagréable et dangereux.
Il met deux-trois jours à s’y faire, comme pour un médicament.
Pour les bébés qui présentent des difficultés de déglutition ou des troubles de l’oralité, ça peut légitimement être plus compliqué et demander de s’adapter.

Le dosage

Pour ce qui est du dosage, il va falloir se faire confiance et probablement tâtonner. Mais bon, quand on a un bébé qui fait du RGO, on a l’habitude.

Nous étions partis de l’article de LLL qui préconise une mesure pour 60ml et 5ml par prise. Un échec pour nos deux enfants, entre la dilution et la quantité à administrer. Nous avons pris le parti de donner une quantité plus faible de solution plus épaisse.

Edit 31/01/2021 :
On a trouvé le bon équilibre.

Question dilution, on obtient une bonne viscosité avec 1 dosette QSP 25ml. C’est très épais mais ça ne fait pas de paquets – qui pourraient provoquer une fausse route.
Flerken a neuf mois, je lui prépare 4 dosettes QSP 100ml et ça fait 24h.
Passée une certaine viscosité ça commence à devenir vraiment très, très épais et plus difficile à administrer. On préfère donc augmenter la quantité administrée que d’augmenter la viscosité indéfiniment.

Question dose par prise, c’est un peu plus compliqué. L’idée est de donner « le plus possible » sans en faire un calvaire pour l’enfant. Vers 3 mois, j’étais contente d’arriver à lui faire prendre 1,5ml. Aujourd’hui on donne 5ml facilement en deux-trois temps, on pourrait même donner à la cuiller.

Et donc on le donne avant chaque tétée.
Pas d’inquiétude quand à un possible surdosage car on se situe ainsi bien en-dessous des doses administrées en tire-allaitement. On va surtout éviter de sous-doser !

Je précise qu’avec ça on a réussi à passer de 4 à 1 réveil par nuit du jour au lendemain. Je me demande donc si le bon vieux mythe du bébé qui fait ses nuits parce qu’il mange ne repose pas sur le fait que des bébés souffrant de reflux gastrique non décelés – genre plein de bébés vu que c’est historiquement sous-diagnostiqué – bénéficieraient simplement d’un épaississement du bol alimentaire, auquel cas ça n’a aucun rapport avec l’apport calorique, ce qui ouvre une belle alternative à une diversification insistante.
#NPMM

La conservation

La conservation de la solution dépend de celle du liquide utilisé.

Pour une dilution à l’eau, je conserve 24h à température ambiante – max 25°C, donc en plein été dehors je divise le temps par deux.
Pour une dilution au lait maternel, soit 24h au frais, soit je me base sur les règles de conservation du lait maternel.

Tableau de conservation du lait maternel – Source La Leche League

Voilà, j’espère que cet article pourra aider les parents en recherche de solutions pour survivre au RGO ainsi que les soignants qui les accompagnent.
N’hésitez pas à poser vos questions ou donner vos observations en commentaire, le partage d’expérience et la réflexion commune sont les meilleurs moteurs du progrès.

17 commentaires sur “La potion magique anti-RGO du bébé allaité

Ajouter un commentaire

  1. Oh waouw!!!!
    J’essaie demain matin sans attendre une seconde de plus.. je serai à la pharmacie à l’ouverture!!!
    Cinquième bébé ici et cinquième avec un gros RGO et allergique aux protéines de lait (souvent liée à l’utilisation des IPP)..
    Ils ont tous été sous inexium, ont tous dû avoir un traitement jusque 1 an et demi voir 2 ans et ont tous mis 18 mois minimum pour passer des nuits complètes..
    Autant dire que mon mari et moi sommes KO..
    J’ai bien pensé à épaissir mais n’ai jamais réussi à trouver comment!
    Et je n’ai pas la force de tirer mon lait pour le donner au biberon.. puis ce n’est pas dans notre optique à mon mari et moi depuis la naissance du premier (nous sommes de fervents partisans de l’allaitement.. mari médecin, moi infirmière, nous savons combien c’est important!)
    Waouw si ça pouvait marcher sur bebe 5 qui va avoir 4 mois demain..
    Merci pour ce partage!!!

    J'aime

  2. Merci pour cet article. J’y avais pensé pour bb1 et 2 mais jamais osé, sans indication de dilution etc.. pour bb3 je me suis laissée influencer pour la diversification un peu plus précoce (mais elle a un non gag reflex donc elle est a nouveau en dame, comme les autres). Cependant pas d’amélioration des réveils nocturnes avec le bol alimentaire plus épais, voire pire.
    Penses tu que ça pourrait quand même aider à 7 mois 1/2? Merci

    J'aime

    1. La première chose que je te conseillerais c’est de consulter, quitte à changer de praticien pour qqn qui t’écoute si ce n’est pas le cas aujourd’hui. Avec le RGO c’est indispensable d’avoir un suivi.
      Pour ce qui est du gumilk, je crois que tu ne perds rien à essayer (à part le prix d’une boîte) et ça a l’avantage d’être limité côté effet secondaires (mais on lit quand même ce qui est marqué sur la boîte 😉).
      Si l’assise et l’alimentation n’améliorent rien, voire que l’alimentation empire, ça vaut le coup de réfléchir à des causes moins fréquentes de RGO. Tu as regardé l’article du manuel MSD en lien ? Ça peut être un début de piste pour discuter avec le/la médecin.
      En tout cas je te souhaite plein de courage, c’est rude le RGO…

      J'aime

      1. Merci ! Je vais après avoir lu l’article arrêter la caféine (j’avais un limité mais là c’est bien dit que ça peut relâcher le sphincter via l’allaitement… Mais commenr vais survivre en hospit et en consult?!?!)
        Si ac suffit pas gumilk.
        C’est vrai que la puce machine en permanence et vomit un peu… je dois aller à la pharmacie demain.. je tenterai le gumilk aussi 🤞💪

        J'aime

  3. Bonjour je suis Médecin et cette méthode m’intéresse mais J’ai relu l’article mais n’ai pas trouvé l’info. Tu parles de gaviscon avec division des doses par 5 (càd qu’il faut continuer le gaviscon et diminuer les doses ou cela remplace?) et pour le gumilk la dose de 1 à 1,5ml est à donner à chaque tétée ? Avant ou après? En cas de tétées très fréquentes y a t il une dose max à ne pas dépasser, des interactions(gaviscon, omeprazole ou autres medic genre Doliprane ?) Merci de ces précisions

    Aimé par 1 personne

    1. De mon côté pas soignante mais ancienne juriste affaires réglementaires en labo, pour te situer.
      Côté interaction, je te renvoie aux spécifications du labo, perso je n’ai rien trouvé mais tu peux les appeler par acquis de conscience, ça répond vite. Dr WhatsApp soulève que la caroube accélère un peu le transit contrairement à ce qu’on pensait (avec potentielle diarrhée mousseuse durant la première semaine, d’ailleurs j’en déduis que c’est pour ça qu’il n’est pas donné aux bébés qui ont un faible poids/prema) donc forcément tu vas avoir un impact sur la cinétique et l’absorption. Mais en temps normal cet impact me semble pas suffisant, AMHA, pour être considéré comme une interaction en soi. Le transit bébé allaité/nourri à la préparation infantile est déjà pas le même et j’ai jamais vu qu’on adaptait le traitement.
      Nous on donne le gumilk juste avant la tétée. Ou au milieu quand il est trop impatient de manger. Ou juste après quand on a oublié (on va pas se mentir ça arrive) mais ça marche beaucoup moins bien sur les remontées qui suivent.
      La fiche vidal ne donne pas de max, le « taux usuel… /… 1 mesurette de 2 g pour 100 ml de formule infantile ». Si tu rapportes ça à la qtt de lait journalière recommandé pour un enfant de cet âge, ça te donne une fenêtre à viser.
      Perso avec les deux mesurettes par jour pour un flacon dont je jette la moitié, je suis encore grave loin et je pense que je pourrais pousser largement. Mais après tu te retrouves à donner plus et plus visqueux à la pipette, ça te limite de facto.
      Pour le Gaviscon on a procédé à l’envers. On le donne quand on entend que ça remonte (ou qu’il régurgite clairement), quand on voit bébé grimacer ou prendre beaucoup d’air, se tordre (mouvement antalgique typique genre Sandifer).
      Quand on a commencé le gumilk on devait être à 10ml/jour. On ne s’est plus retrouvés qu’à donner 2ml en deux prises, certains jours rien.
      Donc je ne te dirais pas de préconiser une réduction de tant aux parents de ton patient mais plutôt de leur dire de voir s’ils arrivent à en donner moins, tout doucement, selon leurs observations. Parce que si ça ne marche pas (tout à fait possible, c’est pas magique), dans cinq jours ils ont une bombe hurlante dans les bras à force d’irritation silencieuse de l’œsophage.
      C’est pas une réponse très satisfaisante, je m’en doute mais le RGO du nourrisson c’est vraiment cuisine, observation et économie d’énergie. Et faire confiance aux aidants du patient, les autonomiser.

      J'aime

  4. Bonjour, ma fille a 8 mois et c’est tjs la cata côté réveils malgré la diversification et l’inexium. Comme pour mes deux premiers. ça vaut le coup d’essayer? Et vous parliez d’un article sur les causes possibles du rgo persistant mais je ne le trouve pas… Merci!

    J'aime

    1. Hello,
      L’article est ici
      https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/troubles-digestifs/maladies-de-l%E2%80%99%C5%93sophage-et-de-la-d%C3%A9glutition/reflux-gastro-%C5%93sophagien-rgo
      Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de risques à essayer, le gumilk est destiné aux nourrissons jusqu’à un an.
      Après un RGO qui persiste ça demande un bon suivi médical, alors n’hésite pas à t’appuyer sur son médecin et à prendre un deuxième avis si tu as le sentiment de passer à côté de quelque chose.
      https://fr.m.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9cision_m%C3%A9dicale_partag%C3%A9e

      J'aime

  5. Super article et sujet tellement peu abordé sur les sites d’allaitement. On prône l’allaitement en excluant souvent que oui les bébés allaités peuvent être atteint de rgo… Et que des solutions « médicamenteuses » ne mettront pas tout cela en péril. Le reflux a été diagnostiqué chez mon fils à ses 1mois et demi après un séjour aux urgences car il pleurait non stop et dormait très peu. On m’a prescrit gumilk et Gaviscon et cela a été radical. Malheureusement le mal était fait de mon côté et j’étais épuisée psychiquement et physiquement. Mon allaitement a pris fin à ce moment là… J’espère que les jeunes mamans qui passeront par là pourront trouver une solution grâce à votre témoignage.

    J'aime

  6. Bonjour, merci pour votre article et pour le petit réconfort de se sentir moins seule avec notre « bombe hurlante ». Ici gros fail du gumilk, intolérance du petit monstre (on passe les délicieux détails de fermentation dans l’intestin) … Donc mon petit conseil est de faire 2 jours de crash test (ça évite toute une semaine avec méga colique + reflux de la mort) attendre une semaine si pas de changement on peut continuer. Nous on a essayé tous les épaississants et c’était la catastrophe à chaque fois. Le temps que l’éviction des PLV se fasse on était à 10 mg imexium jour pour un bébé de 1 mois et demi car oesophagite + gaviscon 5 prises jours. On a réussi à éliminer le gaviscon et réduire doucement l’imexium (6 mg jour) grâce à l’éviction des PLV, au couchage pro-clive 30 degrés (car petit monstre encombré en permanence) et 30 minutes de verticalisation après les tétés (dans les bras, en écharpe et quand il ralouille pour être posé un transat avec position physiologique)

    J'aime

      1. Franchement on a eu beaucoup de chance, on est tombé sur un pédiatre qui a eu un RGO petit donc on a tout de suite été écouté. On a évité plusieurs semaines d’errance avec un bébé qui souffre. On a vu un gastro pédiatre, un vieux de la vielle mais très gentil, qui nous a dit que s’il était allergique au lait de vache on l’aurait su avec les compléments de la maternité qu’il aurait vomi, sauf que nous notre gros (2 mois 6 kilos) monstre n’a rien pris d’autre que mon lait, ce qu’il a eu du mal à croire. Du coup RDV allergologue pour ses 6 mois et poursuites des évictions car il risque de ne même pas supporter le lait de riz vu son transit bien nul. Là on commence à craindre la venue des dents (et j’aurai surement besoin de conseils !).

        J'aime

  7. Bonjour
    Merci pour ces précieux conseils.
    Je vais tenter le Gumilk mais je voulais savoir si il fallait le diluer dans de l eau chaude ?
    Car je viens d en mettre 1/2 dose dans 30 ml d eau et le mélange n epaissit pas..
    Je voulais lui donner avant la tétée.
    Merci pour votre réponse !!

    J'aime

      1. Bonjour et merci pour ces précieux conseils! Je viens de commencer le gumilk pour ma fille de 5 mois après de nombreuses autres tentatives et j’aimerai savoir si la quantité donnée avant chaque tétée reste toujours la même ? Sachant qu’on met une dose et demi dans un biberon de 150ml (ce que ma fille prend quand papa doit la nourrir au biberon ) au final une dosette dans toute la journée me parait de ce fait peu…
        merci encore pour vos précieux conseils !

        J'aime

      2. Bonjour,
        Oui au final on voit bien que c’est assez peu ! Donc déjà, on ne craint pas spécialement de surdosage (on me pose souvent la question).
        J’ai donné la dilution pour une dose mais vous multipliez pour obtenir la quantité qui vous arrange sur la journée en fonction de ce que l’enfant accepter de prendre à chaque tétée. Actuellement à 10mois je prépare 100ml de solution.
        Sans gaver bébé de force, l’idée est de lui donner le maximum qu’il accepte, donc s’il veut bien prendre trois cuillerées, tant mieux. Si c’est 2ml, ce sera déjà ça de pris.
        On peut aussi garder à l’esprit qu’ils font de petites tétées, donc pas besoin qu’à chaque tétée ils prennent une dose et demie comme au bib.
        N’hésite pas si tu as d’autres questions, je te souhaite bon courage !

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :