Brasserie Le Tigre

Brasserie Le Tigre -  5 Rue du Faubourg-National à Strasbourg
03 90 23 21 58 - www.facebook.com/letigrestrasbourg/

Ce weekend, j’ai enfin eu l’occasion de tester Le Tigre, la fameuse brasserie dont tout le monde à Strasbourg parle depuis des mois. J’ai découvert que la réouverture de cette bierstub historique de Strasbourg, c’est une histoire de belles rencontres, de passions, d’enthousiasme et de paris un peu fous.

En 2016 Eric Senet, homme d’affaires alsacien très attaché au territoire et à la culture locale – on lui doit en autres les restaurants Flam’s, rien que ça – tombe sur le bâtiment et se dit que, mine de rien, ce serait bien sympathique de faire revivre cette brasserie mythique au cœur de la ville. Très vite, il fait part de son projet à l’entrepreneur Geoffroy Lebold. Au départ un peu sceptique, l’enfant du pays tombe amoureux du bâtiment dès la première visite. Féru d’histoire, il se plonge alors dans la mémoire de la ville afin de retrouver des témoignages du passé de l’imposante bâtisse, fouillant dans les archives et allant jusqu’à retrouver de – très – anciens clients, témoins privilégiés de l’ambiance qui y régnait au milieu du siècle dernier. Il remet au jour le lien entre le Tigre et la brasserie Kronenbourg, qui avait été un peu oublié au fil du temps.
Le projet se précise, Le Tigre retrouvera la fonction de biergarten qu’il avait à l’origine et les deux entrepreneurs entendent bien restaurer l’authenticité des lieux. Ensemble, ils contactent Kronenbourg et le brasseur, séduit par l’idée de reprendre cette bière emblématique, accepte de se lancer avec eux dans l’aventure.

Le résultat est un lieu atypique où règne une énergie communicative, fruit du pari réussi de concilier tradition et modernité, simplicité et qualité. Thirty-Something vous raconte tout…

La mythique Brasserie Au Tigre

Le Tigre, c’est d’abord un lieu particulier de l’histoire strasbourgeoise que son directeur Geoffroy Lebold, qui est devenu incollable sur son établissement, a bien voulu nous conter.
On retrouve des témoignages d’existence de la brasserie Au Tigre en 1792, dont atteste également une partie des caves qui a été épargnée par plus de deux siècles d’aménagements. La famille Hatt rachète cette vieille bâtisse alsacienne en 1921. Après le choc de la guerre qui a mis en difficulté la profession, cette famille de brasseurs entend relancer les affaires et augmenter ses volumes.
Maurice-Jérôme Hatt, qui a découvert le concept de branding au Etats-Unis, décide de commercialiser la bière produite sur place sous le nom « Tigre Bock », créant ainsi la première marque de bière de France – et d’Europe – qui fera un carton jusqu’à la guerre.
En 1931 le brasseur fait appel à l’architecte Eugène Koch pour un projet d’envergure : raser le bâtiment existant et reconstruire entièrement dans le style Art Déco. Il en résultera ce magnifique ouvrage, résolument moderne, où l’on brassa la fameuse Tigre Bock jusque dans les années 70.
Le bâtiment devient alors « le RU Pasteur » sous la houlette du CROUS, au grand plaisir des étudiants qui se voient accorder le privilège de râler sur la qualité des menus sous une magnifique coupole art déco… Mais les années passent et des travaux de rénovations deviennent nécessaires, travaux que le CROUS envisage difficilement d’entreprendre pour les quelques 250 repas/jour servis à l’époque.

C’est alors qu’entre en scène la fine équipe à l’origine de la renaissance du Tigre. Geoffroy Lebold décide de recréer l’ambiance du début du XXe siècle en lui ajoutant une touche de modernité. Il fait abattre un maximum de cloisons, percer de larges fenêtres qui laissent entrer la lumière, restaurer le plancher en chêne de la première heure qui avait été préservé et installer des banquettes rouges à l’image de celles qui accueillaient les convives avant-guerre.
Pour habiller les murs de la grande salle – 4.50m sous plafond, excusez du peu – il fait appel à un collectif de graffeurs qui reproduit les anciennes affiches de la Tiger Bock. Quand à la réalisation de l’imposant tigre en bois qui trône en son centre, on la doit à l’artiste strasbourgeois Nicolas Muller.

Sachez en outre que l’établissement n’a pas fini d’évoluer. En plus de la salle principale et de la terrasse – qui a son propre bar – le Tigre comprend un speakeasy privatisable au rez-de-chaussée, le caveau est en cours de rénovation… Et l’équipe nous réserve quelques surprises encore tenues secrètes, restez à l’affût !
Un mot d’accessibilité : une rampe a été aménagée au niveau de la terrasse qui donne sur la rue, l’accès à la salle est largement dégagé et il y a des toilettes adaptées PMR.
Un mot d’écologie : la direction s’est engagée dans une sincère démarche écologique en privilégiant le local et le fait maison et recherche sans cesse à améliorer ses pratiques. Bouteilles consignées, pailles en maïs… il est même envisagé de végétaliser le toit afin d’améliorer les performances énergétiques.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :