Fondue japonaise — La flemme absolue

Je continue sur ma lancée des recettes trois-ingrédients-et-pas-beaucoup-plus avec une fondue japonaise.

C’est une recette d’une simplicité enfantine, d’ailleurs le principe de base est tellement simple que c’est limite excessif d’appeler ça de la cuisine. Comme dirait un vieil ami, « C’est du moquage ».
L’idée initiale de nos amis japonais est de faire cuire des morceaux de manger — a minima, du Tofu — dans de l’eau chaude. Ils appellent cela nabe.

Clairement, si je propose à M. Puma de plonger du tofu dans l’eau chaude il va m’envoyer sur les roses. Alors on est parti sur une version plus élaborée. Pas de l’eau mais du bouillon. Pas juste du tofu mais plein de bonnes choses.
Mais ce que je vous propose, c’est quand même de plonger votre repas dans l’eau chaude et de le manger avec une sauce toute prête, ce qui, avouons-le, n’est quand même pas bien méchant.

Le résultat est à fois léger et roboratif, facile et réconfortant, rapide et complet. Une recette à déguster tout cet hiver.
Elle peut se décliner en version omni, végé ou vegan selon le profil de vos placards. Si vous restez sur la version végétale c’est techniquement une soupe crue, ce qui intéressera les partisans de l’alimentation vivante.

Pour le lien sur les soupes crues, je tiens à préciser que je cautionne les recettes d’un point de vue culinaire, pas les allégations médicales contenues sur le site. Du tout.

Ingrédients

Pour le bouillon : de l’eau, un peu de dashi en poudre, quelques algues. Ou bien juste du bouillon de pot au feu, de légumes – pour une version vegan – ou de ce qui vous plaira qui soit légèrement parfumé. Je compte un bol de liquide par personne.
Pour la garniture : le free style absolu vous ouvre ses portes. Du tofu, donc, mais aussi des petits oignons taillés en rondelles fines, surtout le vert, des tranches de champignons, de brocoli, de chou, des herbes, du maïs, des patates douces cuites, du croquant, du fondant, des ramens…

Attention, plus il y a de variété plus il y a en quantité. Or cette fondue cale assez bien donc ne soyez pas trop gourmand.
Je ne mets pas de viande parce que je ne pose pas le plat sur un réchaud. Je me contente de verser le bouillon chaud dans un plat. Donc ça cuit presque pas, ce qui me dérange un peu.

Préparation

Faire chauffer gentiment le bouillon dans une casserole.
Pendant ce temps, coupez la garniture. Évitez les tranches épaisses, ça cuit nettement moins bien. Faites cuire vos ramen si vous voulez en mettre, égouttez-les. Pareil si vous mettez un légume qui nécessite un peu de cuisson ou une viande – je suis certaine qu’une tranche de lard poêlée ou du poisson snacké feraient merveille.
Placez la garniture dans une soupière si vous vivez en 1964, autrement un saladier fera l’affaire. Versez le bouillon chaud dessus, servez.

Chacun pioche dans le plat avec des baguettes ou une fourchette en fonction de son niveau de coordination main-œil.

Je vous invite à plonger vos morceaux de manger dans des petites sauces. Les japonais privilégient la sauce ponzu, mais vous êtes des esprits libres et vous saurez quoi faire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :