Starling Burgers – À table

Starling Burgers - 7 rue de l'hôpital militaire à Strasbourg
starling-burgers.com - Intègre les commandes en ligne (pick-up et livraison)
Déjeuner du lundi au samedi de 11h30 à 14h30, dîner tous les jours de 18h à 22h (23h les vendredi et samedi)
Photo @aurelie.ig

Le concept Starling réside, comme souvent les meilleurs, dans la simplicité. Ici, on associe un bon burger avec une bonne bière artisanale et figurez-vous que cela fonctionne comme de la bonne musique.
Et comment on fait un bon burger ? On commence par prendre du bon pain et du bon fromage, puis on continue sur cette lancée.
En ce qui concerne les bière préparez-vos à de la nouveauté, petits franchouillards, car voici venir les bières artisanales US. Oh, oui je vous entends d’ici « La bière américaine c’est de la limonade, c’est pas de la bière, gnia gnia gnia… ». Faites pas trop les malins, surtout toi au fond. Tu pourrais bien changer d’avis.

Une petite leçon de burger

Tout commence avec du (très) bon pain.
Le problème quand on considère le pain comme un simple substrat, c’est qu’on se retrouve soit avec un truc insipide qui se défait entre les doigts sous l’effet du jus de viande, soit avec une miche campagnisante au caractère bien trop affirmé et à la croûte hostile dont la moitié va au final rester dans l’assiette.
Le défi, c’est de trouver l’équilibre entre caractère et légèreté.
Et comme le patron savait exactement ce qu’il recherchait en la matière, il l’a fait faire sur mesure. Il s’est donc associé avec un petit boulanger de la Krutenau pour mettre au point la recette spéciale Starling, créée et produite sur place juste pour eux. Un délicieux pain vegan aux graines de chanvre qui se tient bien en main et gère parfaitement la sauce, sans être bourratif. Well done, les gars.

Ensuite il faut des ingrédients de qualité.
On commence avec les steaks. Vous avez le choix entre du bœuf de qualité haché sur place, du poulet mariné par leurs soins ou une option végétarienne avec une galette de pommes de terre – cuite à part des viandes dans un bain d’huile, donc réellement végé. Généreux, sans surenchère, l’origine de la viande est affichée au-dessus du comptoir.
Vient ensuite le fromage, du bon fromage. Du cheddar bien sûr, mais pas uniquement car Starling vous propose de savoureuses déclinaisons allant du Bleu d’Auvergne à la raclette en passant par l’emmental. Du très très miam.
Au passage, lesdites sauces sont maison, car ici on ne se contente pas de monter des burgers, on les cuisine !
On poursuit avec une garniture en produits frais, au sourcing plutôt local quand c’est possible. Comme on parle de burgers on n’est évidemment pas sur un suivi rigoureux de la saisonnalité ou sur un concept slow food – désolée Pierre-Bouleau, ta tomate de janvier elle vient pas de Sélestat. Pour autant l’accent est mis sur des produits qualitatifs et on ne travaille que du frais. Pas de congélateur derrière le comptoir du Starling, une évidence pour le maître des lieux pour qui le goût est une priorité. Un exemple ? Lorsqu’il mets les terrifiants piments Carolina Reaper à la carte, hors de question de recourir à de la conserve. Il lui faut du frais, quitte à se compliquer sérieusement la tâche pour trouver ce qu’il recherche.
Du frais, du frais, du frais. Du frais.

Naaaaaon, pas les méchants piments !!!!!

La carte

La formule est très simple. Cinq recettes permanentes et un burger de saison, quelques desserts, des menus à composer avec une boisson et un accompagnement frites/salade, option dessert. On choisit sa cuisson de viande, ses suppléments et on peut même composer son burger sur mesure.
Bref, c’est simple comme bonjour et vu que ça donne très envie on va se dire bonjour souvent.

La dégustation

Le STRLNG, burger signature de l’établissement

Au moment de croquer dans nos burgers, on comprend que c’est loin d’être une posture.
La première impression c’est la rencontre avec le pain. On commence par se regarder avec des yeux tous ronds, on en a jamais mangé d’aussi… Aussi burger, je ne vois pas comment vous le décrire autrement, en fait c’est le pain à burgers idéal et nous voici conquis.
Le steak – cuisson choisie – est généreux sans surenchère et laisse une juste place à la fraîcheur des crudités que vient souligner le fromage. Arrive enfin la sauce, effectivement c’est du fait maison et on apprécie car elle s’accorde parfaitement au burger.
Comme je suis une curieuse je teste la galette de pommes de terres. Croustillante dehors et fondante dedans, elle est bien égouttée et donc légère malgré la cuisson à l’huile. Versatile, elle vient aussi bien seule pour une option végé ou légère qu’en supplément pour une formule grande faim. Et comme je suis une curieuse doublée d’une morfale j’avoue que j’ai testé les deux…
Je suis à la moitié de mon sandwich et je baisse les yeux. Sur mon plateau, rien du tout. Pas de jus qui dégouline, de tache de sauce partout ni de morceau d’oignon en fuite. C’est un burger qui se tient dans la main sans se défaire et qui reste plutôt léger – merci le pain.

Scronch.

Avec ceci vous prendrez bien une petite salade bien fraîche ou des frites épaisses, croustillantes à souhait ? De notre côté on valide les deux, allez-y sans crainte.
Quand aux desserts, on les doit au même boulanger de la Krutenau que celui qui a créé le pain. Les Something & compagnie étaient trop full pour tester – à faire la maline avec mon supplément galette, je l’ai cherché – mais qu’à cela ne tienne, ce sera une bonne raison de repasser.
Pour le café, le Starling a fait appel à un torréfacteur de la Krutenau. Ici aussi, le goût est la priorité et on ne laisse aucun détail de côté.

Les bières

Mon invitée et moi avons beau être de grosses quiches en bières, le patron du Starling tient à nous faire une petite dégustation. C’est quand même une bonne partie de l’identité de l’établissement dont on parle et ce serait dommage d’après lui de passer à côté. Il dit vrai.
Le plus gros défi pour moi va être de vous expliquer ça !

Ici vous allez boire des bières que vous n’avez jamais croisées en Alsace et pour cause, elles sont directement importées des Stazunis et n’ont rien en commun avec nos spécialités locales. La réglementation américaine permet des techniques de brassages inédites dans nos contrées, avec en particuliers des macérations de fruits.
Résultat, des bières de soif fruitées sans être sucrées, complètement introuvables ailleurs.
Le boss entend bien profiter du retour en grâce des bières acides pour nous faire découvrir des bières US artisanales, brassées par des passionnés – on se croirait sur Netflix dans la série Easy.

Photo @aurelie.ig

Comme on est en train de le regarder avec des yeux vides, notre hôte va nous chercher deux petits verres de dégustation. Je n’aime vraiment pas la bière. Un copain mixologue de Saint-Malo m’a bien appris à la déguster, ça m’a permis de confirmer que je n’aimais pas ça – mais maintenant je sais pourquoi, c’est trop amer et la mousse m’exaspère.
Qu’à cela ne tienne, notre hôte nous fait goûter la Funk et la Twisted Strawberry Fest.
J’ai fini les verres…
Sous la pression de mes pairs qui insistaient pour me convertir, j’ai goûté bon nombre de bières à travers les années et tout ce que je peux vous dire c’est que je n’avais rien bu de tel. C’est frais, effectivement très fruité mais pas sucré comme les bières d’été qu’on connait bien, donc pas écœurant. Et j’ai fini un verre de bière pour la première fois de ma vie.

Notre hôte a bien l’intention d’évangéliser les masses avec ses bières atypiques et de changer l’image des canettes US aux yeux des Strasbourgeois. Pour cela il fonctionne au coup de cœur et à la découverte, avec quelques fûts seulement pour une rotation régulière. Sachant que la bière est dans le menu, aucune raison de se priver !
Mais ne croyez pas qu’il se borne aux bières américaines, non-non-non. Attendez-vous à des surprises et guettez leur compte Instagram, car il n’a pas fini de vous faire voyager !

Conclusion

Photo @aurelie.ig

Une très bonne adresse qui dépayse aussi bien par le contenu de l’assiette que par celui des verres. Le service est rapide et l’ambiance souriante, c’est une table polyvalente qui conviendra aussi bien pour un midi entre collègues que pour une soirée entre potes ou une halte post-ciné.
Avec des menus entre 12€ et 15€ c’est une addition très raisonnable pour du fait maison. Les étudiants ont droit à une offre dédiée avec le menu simple à 8€ – vas-y sors ta carte. Une raison de plus pour laisser le MacDo de l’Esplanade où il est…
On ajoutera à tout cela que l’établissement est tout à fait kids-friendly, mais je vous en parle un peu plus ici.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :